Collectif Transport Cahier d’acteur concertation tram

Collectif TransportLes nouveaux horizons du maillage des rails urbains nantais

Deux réflexions concomitantes

Alors que l’évolution du réseau tramway est questionnée en même temps que l’usage de l’étoile ferroviaire, peut-on sérieusement envisager que chacune des interrogations ignore l’autre ?

L’optimisation des réseaux

Dans les deux cas, il s’agit d’une optimisation des réseaux existants :

  • Réaliser 3 lignes de tramway supplémentaires d’ici 2026 en ne construisant que 5 km de voies nouvelles.
  • Créer des liaisons rapides d’un bout à l’autre de la métropole en diamétralisant les lignes type RER, et au-delà, sur l’aire urbaine.

Dans les deux cas le service aux usagers s’étoffe en multipliant les correspondances entre les 2 réseaux, mais nul ne sait comment s’articuleraient les deux projets.

Quel maillage pour le réseau urbain 

La première étape de l’évolution du réseau urbain qui passe par le doublement du nombre de ses lignes de tramway à l’horizon 2026, est pertinente en vue de la desserte du nouveau CHU. C’est une optimisation rationnelle du réseau existant, couplée avec l’amorce de son maillage qui toutefois reste très Nanto-Nantais. On notera également :

  • que le terminus provisoire au bas du pont des 3 continents est enclavé.
  • que le Sud devrait se contenter, de la réalisation d’un dixième des nouvelles voies tramway avant les éventuels prolongements.
  • que la distribution des nouvelles lignes de tramway modifie dans un premier temps le centre de gravité du réseau des TC vers l’île de Nantes mais ne change pas fondamentalement sa forme étoilée…
  • que l’amorce d’une première ligne périphérique tramway du scenario n°7 à l’horizon 2030 – 2035, bien que tardive dans sa projection, mérite toute notre attention !
  • que, les dessertes périphériques (auxquelles ne peut répondre le tramway en raison de la faible densification de l’étalement urbain) restent un enjeu majeur.
  • que les franchissements de Loire, au-delà du centre de la métropole, doivent être questionnés sur les lignes de rocade là où elles viennent buter sur le fleuve (lignes 50 et 80) sans alternatives de continuité périphérique vers le Sud.
  • que la plateforme desservant Carquefou doit, retrouver sa destination ferroviaire initiale.

Quelles connexions entre réseau tramway et ferroviaire ?

Le nouveau « Service Express Métropolitain » doit permettre la traversée de l’aire urbaine sans terminus en gare centrale. La forme historiquement étoilée du réseau ferroviaire nantais ne contribuera à un maillage performant aux yeux des usagers, qu’à la condition qu’il soit connecté en de multiples points au réseau tramway, bus et buway. Ainsi :

  • Une ligne entre St Nazaire, Savenay et Ancenis avec plusieurs gares Métropolitaines, Mauves, Thouaré, St Herblain, Chantenay, Couéron (et potentiellement Ste Luce) augmenterait notoirement les connexions avec le réseau urbain.
  • Une ligne Nort/Erdre > Ste Pazanne offrirait aux usagers (en plus des lignes 1 et 6 à Haluchère) une multiplication des correspondances avec les lignes urbaines 2, 3, 4, 5 et 8 au niveau d’une halte à implanter sur l’île de Nantes.
  • Sur cette même ligne, à Bouguenais, une halte connectée à la desserte cadencée de la ligne 48 en provenance de Neustrie permettrait de desservir l’aérogare ainsi qu’à la zone d’activité de l’IRT Jules Verne.
  • Les trams-trains en provenance de Clisson pourraient correspondre avec les nouvelles lignes de tramway 6, 7 et 8 au CHU, en plus des lignes 2, 3, 4 et 5 sur l’île de Nantes.Enfin, au centre de Nantes, une nouvelle halte à Baco soulagerait le tronçon le plus chargé du réseau tramway entre Commerce et la gare.

Quelle(s) autorité(é) organisatrice(s) ?

Depuis le tram-train de Nantes à Châteaubriant, le dialogue semble rompu entre les acteurs locaux tels que définis dans la loi NOTRE: Régions, Métropoles et opérateurs. Les usagers auraient pourtant tout intérêt à ce que les deux projets s’accordent au niveau des interconnexions, des échéances et de la complémentarité des offres.

Les choix d’aménagements urbains et extras-urbains, étroitement liés aux équipements autour des pôles d’échanges favorisant les déplacements plus respectueux de l’environnement, y gagneraient en cohérence.

Une occasion à ne pas manquer

Nantes et sa région bénéficient de plusieurs atouts :

  • Une réflexion et une concertation concomitantes à propos de tout ce qui roule sur des rails dans l’aire urbaine.
  • La richesse des ouvrages de franchissements de Loire « ferrés », avec la moitié des ponts qui permettront d’y faire rouler des tramways, des trains ou des trams-trains, en 2026.
  • La desserte d’un nouveau CHU d’une portée largement extra métropolitaine, très facilement accessible aux trams-trains, au moyen d’une voie électrifiée aboutissant à ses pieds.
  • Une plateforme ferroviaire, d’une valeur inestimable en milieu urbain, potentiellement réutilisable pour desservir Carquefou et relier le Nord-Est au CHU.
  • Une occasion de multiplier les correspondances multimodales.
  • L’opportunité d’envisager un maillage des réseaux sur une échelle de temps sensiblement similaire.

Les deux autorités organisatrices et l’ensemble des acteurs des déplacements sur le territoire seront-ils capables de s’entendre pour donner un nouvel élan au développement des transports en commun au service des usagers ?

Les élus ont pris l’habitude de demander leur avis aux citoyens.

Nous leur demandons de l’écouter et de se mettre autour de la table. 

Ce contenu a été publié dans Collectif Transport, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.